Journée internationale des personnes handicapées (ONU)

3 décembre marque la 30e année de célébration de la Journée internationale des personnes handicapées. Cette journée a pour but d’accroître la sensibilisation et la compréhension des problèmes auxquels est confrontée la communauté des personnes handicapées dans le monde et de renforcer le soutien aux 6,2 millions de Canadiens qui sont souvent laissés pour compte.

Les handicaps touchent de nombreux groupes de personnes uniques. Certains naviguent dans le monde en nous montrant fièrement qui ils sont, dans l’espoir d’être reçus avec gentillesse. Ils utilisent des équipements d’accessibilité physique et des appareils fonctionnels novateurs, tandis que d’autres se déplacent parmi nous avec des handicaps invisibles. Capables de se fondre dans la foule mais pas toujours invités à s’asseoir à la table.

J’ai eu l’occasion de travailler, de grandir et d’aimer de nombreuses personnes qui naviguent dans le monde à travers cette lentille unique, et cela a changé ma vie d’une manière que je ne pourrai jamais décrire ou rembourser. Je me suis creusé la tête pour réduire cet article à un aperçu digeste, alors je vais dire ceci :

Les droits des personnes handicapées, l’inclusion et l’accessibilité sont des droits de l’homme. Ils sont parallèles aux besoins et aux souhaits que chacun de nous s’efforce d’atteindre et désire chaque jour.

Nous voulons être aimés, réussir, créer et avoir un sentiment d’appartenance. Nous voulons tous donner le meilleur de nous-mêmes et nous ne voulons pas être sous-estimés.

Nous vivons avec des stigmates qui placent les gens dans des cases et visent à nous diviser. Beaucoup d’entre eux sont liés à l’apparence physique et à des idées préconçues sur ce à quoi ressemble une vie réussie. Ils ne tiennent pas compte de notre individualité, de nos vulnérabilités et de notre humanité. Ils nous donnent des mots pour décrire les gens dans le but de les rabaisser et de leur rappeler qu’ils ne sont pas les bienvenus.

Ce samedi 3 décembre, je vous demande de regarder les personnes que vous rencontrez quotidiennement et de vous pencher sur elles avec empathie et gentillesse. Demandez-vous comment vous pouvez aller de l’avant avec un état d’esprit plus inclusif. Remettez en question les obstacles que vous avez rencontrés et demandez-vous comment vous pouvez rendre le voyage plus facile pour les personnes qui vous entourent.

Une organisation caritative qui me tient à cœur est l’itération torontoise de l’organisation caritative mondiale L’Arche, qui vise à créer des opportunités pour les personnes handicapées afin qu’elles puissent vivre de manière autonome, trouver leur place et s’épanouir en tant qu’individus uniques. N’hésitez pas à faire un don ici. 

Je vous laisse avec cet incroyable court-métrage « Free Bird », nominé aux Oscars, que mon ami Nick Herd a réalisé avec l’itération torontoise de l’organisation caritative mondiale L’Arche. Lorsque Nick est né, on a dit à ses parents beaucoup de choses sur les limites qu’il aurait dans la vie et très peu sur ce qu’il pourrait accomplir. Je l’ai vu devenir un athlète, un artiste, une personnalité médiatique, un acteur, un défenseur des droits et un oncle fier. Il incarne ce qui peut être accompli lorsque nous ignorons ce que l’on nous dit que nous pouvons faire, une poussée au-delà de la boîte.

Votre collègue fièrement franche et invisiblement atteint du TDAH,

Zoe Pagazani
Planificateur média