Le Mois national de l’histoire autochtone

En juin, nous commémorons le Mois national de l’histoire autochtone.

Le Mois national de l’histoire autochtone invite les peuples autochtones à célébrer leur histoire dans un esprit de fierté et de préservation. C’est un moment où, en tant que Canadiens, nous prenons le temps de reconnaître la richesse de l’histoire, du patrimoine, de la résilience et de la diversité des Premières nations, des Inuits et des Métis.

Afin de saisir l’importance incommensurable et continue du Mois national de l’histoire autochtone, nous devons considérer ce qui suit : Passé, présent, futur.

Le passé. Parce que comprendre et accepter notre histoire difficile et douloureuse fait partie intégrante d’un avenir plus équitable, plus brillant et plus prospère pour tous. Parce qu’il y a tout juste un an, les cadavres de 215 enfants ont été confirmés au pensionnat indien de Kamloops et que, depuis, de nombreuses confirmations similaires ont eu lieu dans tout le Canada. Parce que balayer le passé sous le tapis n’est pas une option. Parce que même si certains torts ne peuvent être réparés, il est de notre responsabilité d’être dans un état d’apprentissage continu.

Le présent. Parce que nous avons parcouru beaucoup de chemin, mais aussi parce que nous devons aller encore plus loin, ensemble. En termes de représentation au sein de nos lieux de travail, en termes de lutte contre le racisme environnemental, en termes de démolition des injustices de notre système juridique. En tant que professionnels des médias, nous devons être conscients des préjugés, des stéréotypes dépassés et des angles morts qui continuent d’exister. Nous devons nous engager à continuer d’aborder notre travail d’une manière qui confronte ces questions et change le secteur petit à petit, mais toujours pour le mieux.

L’avenir. Parce que l’espoir est la force motrice ultime. Parce que le monde universitaire, les médias, les lieux de travail, etc. devraient être exempts de micro-agressions, de racisme structurel et de tout sentiment d’isolement. C’est nécessaire. C’est mérité. Les dialogues culturels ouverts sont la porte d’entrée pour reconstruire les nations indigènes et créer un nouvel avenir commun.

Mais aussi, parce qu’il y a tant de choses à célébrer. La résilience, la joie, l’héritage. Une histoire riche, des figures inspirantes, des contributions incommensurables à la littérature, au cinéma et à l’art. Au cours des prochaines semaines, nous vous présenterons quelques recommandations et ressources, mais nous espérons que ce guide servira simplement de point de départ pour en apprendre davantage.