Mois des fiertés – portraits de nos employé(e)s : Brenda Ferreira, Gestionnaire de projet sénior

On pourrait dire que c’est un heureux mélange de talent et de kismet qui a amené notre gestionnaire de projet principale Brenda Ferreira chez Media Experts. Alors qu’elle terminait son certificat en gestion de projet, première étape d’un important changement de carrière, elle est tombée sur l’annonce du poste qu’elle occupe actuellement. Ayant travaillé auparavant aux opérations clients chez Dentsu, elle a été agréablement surprise de constater qu’un tel poste de GP existait au sein d’une agence.

Quelques mois après le « timing parfait » qui lui a permis de rejoindre l’équipe, elle atteste que le fait de se sentir valorisée et de voir ses opinions entendues explique en grande partie pourquoi elle se sent chez elle ici. « J’aime le fait qu’il y ait beaucoup de personnes de longue date ici. Cela montre qu’ils se soucient de l’entreprise et que c’est réciproque ».

Dans son rôle, où elle travaille principalement avec l’équipe de Bell, elle est reconnaissante de la confiance et du soutien que lui accorde son responsable et des possibilités qui lui ont été offertes en termes de mise en place de structures pour optimiser le travail de l’équipe. Ce sens de l’objectif, dit-elle, la motive à viser toujours plus haut, en recherchant des améliorations et des gains d’efficacité partout où elle le peut.

Brenda est la plus récente membre du comité DEI de Media Experts, qui se consacre à la réalisation de changements concrets au sein de l’agence et par le biais du travail que nous faisons. Elle affirme avoir hâte de collaborer avec cette équipe et être fière de travailler dans un endroit qui accorde la priorité à ces enjeux, ce qui, selon elle, place Media Experts en tête de peloton à cet égard.

Ce n’est pas sa première incursion dans ce type d’activisme. Lors de son passage chez Dentsu, elle a été co-responsable de Pride BRG et a participé à plusieurs événements communautaires dans le Village gai de Montréal, où elle vit à temps partiel avec sa conjointe.

Montréalaise depuis maintenant plus de dix ans, elle décrit sa vie ici comme la plus heureuse qu’elle ait jamais connue. Elle passe son temps libre à l’extérieur, à faire de la randonnée, du vélo ou, plus récemment, du kayak, et elle a l’intention de visiter le plus grand nombre possible de parcs de la SEPAQ cet été.

Bien qu’elle ait de nombreux souvenirs d’enfance heureux, comme les étés passés à visiter sa grand-mère à Orlando, en Floride, avec ses cousins, à fréquenter les plages et les parcs Disney, elle a eu du mal à accepter sa propre identité au sein de sa communauté latine stricte et conservatrice. Elle dit que le fait de profiter de la diversité de Montréal et de découvrir d’autres cultures et modes de vie lui a ouvert les yeux, ce qui a facilité son cheminement vers sa véritable identité.

Son groupe d’amis très soudé a également été d’un grand soutien pour elle, à travers les hauts et les bas de son expérience de coming out. « Mes amis m’ont soutenue dans les moments difficiles et m’ont ouvert les yeux sur des mondes différents. Le fait qu’ils soient là pour partager, parler et apprendre a été très significatif pour moi. »

Se décrivant comme une personne très travaillante, elle relie cette qualité à une valeur importante qu’elle a apprise de sa mère : la persistance. « Ma mère a combattu le cancer, et voir la passion qu’elle avait pour la vie et sa détermination à continuer a définitivement été une inspiration pour moi. »

Elle espère que ces qualités lui permettront de continuer à faire partie du changement qu’elle aimerait voir dans le monde pour la communauté LGBTQ2+. Si nous avons parcouru un long chemin, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir selon elle en termes de normalisation et d’acceptation. « Cela commence par l’éducation. J’aimerais que les programmes scolaires abordent ce type de sujets, afin qu’ils fassent toujours partie de l’apprentissage des enfants et des étudiants. J’ai déjà vu un changement chez mon propre fils et ses camarades de classe, mais il faut que cela continue. »

Cet été, quand elle ne profitera pas du plein air, elle dansera la salsa dans le parc Émilie Gamelin, assistera à des spectacles et terminera la saison en Italie. Positano, Sorrento, Capri… Voilà une pause bien méritée pour cette Experte dévouée.