Mois du patrimoine asiatique – portraits de nos employé(e)s : Farial Nazim, Planificatrice média

Farial Nazim travaille dans l’industrie du marketing et de la publicité depuis qu’elle a obtenu son baccalauréat en commerce à l’Université de Toronto. Grâce à une recommandation de Cherica Edwards, amie de longue date et spécialiste des investissements de Media Experts, Farial a accepté un rôle de planificatrice média pour le compte de WestJet en 2021.

Travaillant maintenant sur Air Miles, Horizons EFTs et MINI, elle impressionne constamment ses clients avec des plans médias efficaces et sur mesure. Mme Farial comprend parfaitement les besoins de ses clients et satisfait parfaitement à leurs KPI, tout en soutenant son équipe et en travaillant avec les vendeurs et les partenaires médias. Elle attribue sa forte éthique de travail à l’environnement amical et dynamique de Media Experts :  » Les gens ici sont formidables. Même si vous ne connaissez personne, il y a toujours quelqu’un qui vient vous parler. »

Passionnée de musique, Farial a vu plus de 200 groupes et artistes en concert, ce qu’elle décrit comme son moyen d’évasion. « Quand je suis à un spectacle, j’ai l’impression que tout va bien aller. Le meilleur concert auquel j’ai assisté est celui d’Arcade Fire.  C’était euphorique. C’était le week-end de mon 20e anniversaire, et tout le monde chantait sur tous leurs tubes. Quand ils ont chanté Way Home, j’ai fait un tas de blagues sur la façon dont j’avais trouvé le chemin de la maison ».

Se décrivant comme une personne cultivée, se plonger dans un livre est l’un des passe-temps favoris de Farial, suivi de près par les voyages. Elle a récemment visité Versailles, en France. La richesse de l’histoire qui l’entoure lui a ouvert les yeux. « C’était un tel moment d’émerveillement pour moi que de penser à ce qui s’est passé là où je me trouvais ». 

Ayant grandi dans un foyer musulman, elle célébrait deux fêtes principales chaque année, l’Aïd al-Fitr étant sa préférée.  « Mes amis et ma famille allaient d’un appartement à l’autre, mangeaient de la bonne bouffe et dansaient ensemble. Ma mère préparait un bonbon bangladais appelé Balushahi, qu’elle cuisait elle-même. Au Bangladesh, tout le pays s’arrête pour célébrer l’Aïd. Ici, au Canada, nous célébrons ensemble, en tant que communauté. C’est différent, mais nous faisons en sorte que ça marche ».

L’une des choses dont elle est le plus fière dans son héritage est la persévérance et la détermination du peuple bangladais. « Le Bangladesh voulait être son propre pays et défendre sa langue. Le peuple a persévéré et y est parvenu.  Mes parents m’ont appris que lorsqu’on veut quelque chose dans la vie, il faut pousser et rester ferme. Ils m’ont également appris à toujours être qui je suis et à ne pas changer pour m’intégrer. Vivre sa vie comme on l’entend et être heureux, c’est tout ce qui compte. »