RÉCAPITULATIF HEBDOMADAIRE DU MOIS DE L’HISTOIRE DES NOIRS

Alors que nous arrivons à la fin de la deuxième semaine du Mois de l’histoire des Noirs, nous souhaitions vous présenter un récapitulatif des histoires, des endroits et des individus extraordinaires mis en lumière jusqu’à présent par notre comité de diversité, d’équité et d’inclusion chez Media Experts. N’oubliez pas de revenir vendredi prochain, nous ajouterons un récapitulatif chaque semaine ce mois-ci.

Cette semaine, nous avons suggéré trois entreprises “black-owned” à Montréal, Toronto et Vancouver, qui sont particulièrement appréciés par les membres de notre équipe.

Toronto: Lawrence Kerr est un photographe du GTA qui crée des souvenirs pour les familles, les couples ou les individus. Lawrence a une capacité inégalée à créer des photos amusantes et uniques, des photos de famille décontractées ou des portraits professionnels pour chaque besoin ou occasion. Contactez Lawrence pour obtenir la photo parfaite.

Vancouver : Stoxx Vintage est un magasin géré par une famille à Mount Pleasant avec une énorme collection de Levis, Carhart, cuir, articles de sport, t-shirts de groupes et autres joyaux cachés. Le magasin a ouvert ses portes en même temps que la pandémie et ils ont travaillé dur pour rester ouverts. Jetez un coup d’œil à leur instagram @stoxxvintage pour tous vos besoins d’inspiration en matière de friperie. Kingsgate Mall, 370 E Broadway Unit 118.

Montréal : Le propriétaire de SPAR Training, Kevin Selman, a pour mission d’aider les gens à devenir de meilleures versions d’eux-mêmes. Lorsque vous entrez dans son gymnase, la citation suivante vous accueille : Our deepest fear is not that we are inadequate. Our deepest fear is that we are powerful beyond measure. It is our light, not our darkness, that most frightens us”. (« Notre peur la plus profonde n’est pas que nous soyons inadéquats. Notre peur la plus profonde est que nous sommes puissants au-delà de toute mesure. C’est notre lumière, et non notre obscurité, qui nous effraie le plus »). Avec son équipe, il a fait de SPAR Training un lieu où les clients peuvent affronter cette réalité.

Kevin investit constamment dans de nouveaux équipements, de nouvelles approches du fitness et de la santé, et bien sûr dans son équipe et ses clients. Il est très impliqué dans la communauté. Il fait la promotion du local, soutient tout le monde de manière égale et essaie toujours d’inspirer les gens qu’il rencontre à être meilleurs et à faire mieux dans son monde. 845e rue Tecumseh, Pointe-Claire

Nous avons également recommandé un livre, un balado et un film qui ont tous eu un impact significatif.

Book: The 1619 Project by Nikole Hannah-Jones

Le projet 1619 :  Il s’agit d’un excellent livre de Nikole Hannah-Jones (lauréate du prix Pulitzer et créatrice du projet 1619), qui éclaire et recadre l’histoire des États-Unis d’une perspective qui n’est pas souvent couverte.  Ce livre explique comment l’Amérique, depuis l’arrivée du premier navire négrier en Virginie en août 1619, a créé et maintenu un système basé sur la caste et la race pour s’assurer qu’un groupe de personnes était limité dans sa capacité à s’élever et à prendre part à la vie américaine.  Et comment ce système persiste encore aujourd’hui.  L’héritage de l’esclavage a affecté tous les domaines de la vie publique et privée des Noirs américains. De la musique à la politique, et de la citoyenneté à l’alimentation, le projet 1619, à travers une série d’essais, de poèmes et de fictions très bien documentés, présente comment les Noirs américains ont été systématiquement limités par cet héritage d’oppression.  Il s’agit d’une excellente lecture, qui vous donnera des informations que vous ne connaissiez peut-être pas sur la façon dont les Africains ont été amenés en Amérique du Nord et sur la façon dont les systèmes mis en place par les gouvernements de l’époque et d’aujourd’hui ont été directement appliqués pour limiter la mobilité ascendante et la réussite de toute une race de personnes.

Podcast : Higher Learning

Higher Learning est un podcast de Ringer dans lequel les animateurs Rachel Lindsay (ancienne avocate et première Bachelorette noire) et Van Lathan (journaliste) discutent des grands sujets de la culture, de la politique, du divertissement et du sport noirs. Ils abordent chaque sujet avec un mélange parfait d’humour et d’intelligence. Vous pouvez trouver cette émission sur toutes les plateformes qui diffusent des podcasts. Un podcast vidéo est également disponible sur Spotify.

Film : Harriet (Netflix)

Sans surprise, puisque nous connaissons tous l’histoire, il s’agit d’une biographie prévisible sur Harriet Tubman. Cependant, Cynthia Erivo, qui joue le rôle de Tubman, offre une excellente performance avec une voix étonnante. Il y a également beaucoup de pépites inattendues tout au long du film sur ses réalisations, que je ne dévoilerai pas ici. Pour faire simple, Harriet Tubman était une dure à cuire.

Nous avons partagé l’histoire fascinante d’Eleanor Collins, première dame canadienne du jazz.

Désignée par plusieurs comme la première dame canadienne du jazz, Eleanor Collins est une femme à tout faire, ayant été animatrice, musicienne, chanteuse et interprète.  Elle est née à Edmonton en 1919 de parents qui ont répondu à l’appel de l’immigration dans les Prairies. Ses dons musicaux se sont manifestés dès son plus jeune âge, stimulés par la tradition familiale de chanter et de jouer ensemble de la musique gospel classique. Perfectionnant ses talents de chanteuse à l’église, elle remportait des concours de talents à l’âge de 15 ans.

À la fin des années 1930, Eleanor a décidé de déménager à Vancouver où elle s’est mariée et a fondé une famille. Son désir de faire du spectacle ne l’a jamais quittée et, en 1940, elle a commencé à travailler à la radio de la CBC en chantant dans un quatuor de gospel avec sa sœur et ses deux amis. Elle a connu sa première percée en 1945 lorsqu’elle est devenue la chanteuse principale d’un quintette qui a été présenté dans une série internationale de jazz à la radio de CBC intitulée Serenade in Rhythm. Cette série est un succès et est diffusée auprès des troupes canadiennes en service outre-mer en Europe.

Ses talents multiples ont fait d’Eleanor une artiste très recherchée. Après Serenade the Rhythm, elle a réalisé de nombreuses premières. Elle a été la vedette de l’émission de la CBC Bamboula : A Day in the West Indies, qui était la première émission de télévision canadienne avec une distribution mixte et la première série de variétés musicales en direct créée à Vancouver. Elle est ensuite devenue la première femme noire en Amérique du Nord à animer sa propre émission de variétés à la télévision avec The Eleanor Show de la CBC. Elle est restée un incontournable des émissions de télévision et de radio de CTV et de CBC dans les années 60 et 70. Tout au long de sa carrière, elle s’est également produite lors des célébrations de la fête du Canada, des festivals de jazz, sur des scènes de concert et dans des clubs partout au pays. Son succès et sa grande visibilité ont inspiré tant de jeunes Noirs à croire qu’ils pouvaient eux aussi réaliser leurs rêves en tant qu’artistes dans une industrie dominée par les Blancs.

À 102 ans, Eleanor Collins réside à Surrey, en Colombie-Britannique, et vit toujours avec le même enthousiasme et la même détermination qui ont fait d’elle une légende.

 

Quelques-unes des réalisations d’Eleanor Collins :

  • Membre de l’Ordre du Canada
  • Membre du Temple de la renommée du divertissement de la Colombie-Britannique
  • Récipiendaire de nombreux prix pour l’ensemble de ses réalisations
  • Prix Black Women in Jazz
  • Prix Black Canadian du Toronto Black Diversity Network
  • Postes Canada a émis un timbre commémoratif en son honneur en janvier 2022.

Ce ne serait pas le mois de l’histoire des Noirs sans reconnaître et célébrer les contributions des musiciens et artistes noirs à la musique que nous connaissons et aimons aujourd’hui. Sans ceux-ci, des genres musicaux entiers n’existeraient pas.

Selon des études, le gospel et le blues noirs sont les racines de pratiquement tous les genres musicaux d’origine américaine. Le blues est un genre polyvalent qui combine les premiers spirituals noirs, les ballades de plantation et la musique folklorique, ce qui a créé le cadre de genres actuels tels que le jazz, la country, la soul, le rock, le r&b et le hip-hop.

Le comité DEI a élaboré une liste de lecture spéciale « Black History » qui met en lumière et célèbre les contributions de ces artistes – permettez-nous de vous emmener dans un voyage musical.

Enfin, nous terminons en présentant trois organisations caritatives exceptionnelles qui font un travail essentiel pour les communautés noires dans nos villes canadiennes.

 

BLACK BOYS CODE

Black Boys Code est une organisme à but non lucratif qui compte 11 chapitres au Canada et un aux États-Unis (avec de futures expansions à venir). Leur mission est d’améliorer l’avenir des jeunes Noirs par l’éducation à l’informatique et à la technologie. Ils inspirent une génération de jeunes Noirs à prendre en main leur avenir et à devenir les créateurs numériques et les innovateurs technologiques de demain. Pour ce faire, ils les aident à acquérir des connaissances numériques et des compétences informatiques, qui constituent les fondements d’une carrière dans le domaine de la technologie. Leur vision consiste à permettre aux jeunes Noirs d’identifier les compétences et les talents qu’ils possèdent afin qu’ils puissent réaliser leur plein potentiel, les préparant ainsi à devenir les leaders et les innovateurs technologiques de demain.

 

BLACK WOMEN IN MOTION

Basée à Toronto, cette organisme soutient spécifiquement les femmes noires et les survivantes de violences sexuelles en créant un contenu culturellement pertinent, des outils éducatifs, des espaces de guérison et des opportunités économiques.

 

FOR US GIRLS

Il s’agit d’une organisation féministe internationale à but non lucratif qui propose des programmes de mentorat basés sur le renforcement des compétences, le développement du leadership et l’autonomisation, ainsi que des opportunités pour les jeunes femmes et les filles BIPOC défavorisées et sous-représentées (philosophie inclusive).