Récapitulatif hebdomadaire du Mois de l’histoire des Noirs

Alors que nous arrivons à la fin de la première semaine du Mois de l’histoire des Noirs, nous souhaitions vous présenter un récapitulatif des histoires, des endroits et des personnages extraordinaires mis en lumière jusqu’à présent par notre comité de diversité, d’équité et d’inclusion chez Media Experts. N’oubliez pas de revenir vendredi prochain, nous ajouterons un récapitulatif chaque semaine ce mois-ci.

Cette semaine, nous avons suggéré trois restaurants “black-owned” à Montréal, Toronto et Vancouver, qui sont appréciés par les membres de notre équipe.

Toronto : Si vous êtes à la recherche d’une ambiance décontractée et d’une excellente cuisine caribéenne infusée d’épices cajuns, ne cherchez pas plus loin que SugarKane. Ce restaurant a été fondé par trois entrepreneurs noirs qui possédaient déjà une entreprise de restauration prospère, Spiked Punch. SugarKane est situé sur le Danforth, à deux blocs de la station Pape, un délice caché à quelques pas de Greektown. Allez-y pour le Jerk Corn et le Jambalaya créole et restez pour le spectacle du DJ le samedi. 699 Danforth Ave, Toronto

Vancouver : Si vous le savez, vous le savez ! Le Calabash est une institution du centre-ville qui existe depuis 10 ans et qui a été créée pour célébrer et partager la culture caribéenne avec Vancouver. De la bonne bouffe à tout moment de la journée, tous les cocktails au rhum dont vous avez besoin et une scène de club underground exceptionnelle. 428 Carrall Street, Vancouver

Montréal : Lloydie’s est un restaurant caribéen né de la bonne volonté d’une famille de bosseurs qui souhaitait offrir une cuisine caribéenne abordable et savoureuse dans la région de Québec. Ils ont introduit la galette jamaïcaine sur le marché dans les années 90 et n’ont jamais cessé de le faire depuis. Venez déguster un poulet jerk accompagné de riz et de pois dans l’un de leurs établissements (66 St Viateur et 4601 Notre-Dame Ouest).

Si vous passez par l’un de nos restos suggérés, n’hésitez pas à partager votre expérience et ce que vous avez mangé!

Nous avons également partagé quelques recommandations pour un podcast, un livre et une émission de télévision qui ont chacun eu un impact significatif.

—–

Podcast: The Secret Life Of Canada – suggéré par Richard I
« The Secret Life of Canada » est un excellent podcast de la CBC animé par Leah Simone-Bowen et Falen Johnson. SLOC met en lumière des choses que vous ne savez peut-être pas sur le rôle que les Noirs, les Autochtones et les personnes de couleur ont joué dans l’histoire de notre pays.   Le podcast aborde des sujets et des personnes qui ont contribué à la riche histoire de notre pays, qu’il s’agisse de personnes parfois oubliées comme le légendaire John Ware ou la première dame du jazz Eleanor Collins, ou de choses que vous ne connaissez peut-être pas. Par exemple : saviez-vous que la Jamaïque a failli devenir une province du Canada ? Ce podcast est un excellent moyen de vous faire découvrir des personnes et des événements moins connus mais étonnants qui ont laissé une marque sur le Canada.


Livre: World’s Great Men of Color, Volume I – suggéré par Chris L

World’s Great Men of Color est le guide complet des personnalités noires les plus remarquables de l’histoire mondiale et de leur influence. J.A. Rogers a passé la majeure partie de sa vie à défricher le domaine des études noires grâce à ses recherches exhaustives sur les grands noms de l’histoire des Noirs, dont les contributions ou l’existence même ont été passées sous silence. Bien écrit et informatif, World’s Great Men of Color est un ouvrage historique éclairant et essentiel.

Spectacle télévisé: Insecure – suggéré par Johari W
Issa Rae a fait irruption sur la scène en 2011 avec sa série YouTube acclamée, The Misadventures of An Awkward Black Girl, qui la mettait en scène naviguant de manière hilarante face à des situations embarrassantes dans ses relations amoureuses, sa vie et son travail. En 2016, elle a co-créé Insecure, qui est essentiellement devenu la suite de Misadventures, avec Issa Rae incarnant à nouveau le personnage principal. La série met en lumière de façon rafraîchissante, humoristique et dramatique la vie des jeunes femmes et hommes noirs vivant dans le sud de Los Angeles, comme jamais auparavant.

—–

Nous avons partagé l’histoire remarquable, trop souvent oubliée, des Chatham Coloured All-Stars…

Jusqu’en 1947, les joueurs noirs étaient bannis de la Ligue majeure de baseball et étaient rarement les bienvenus dans les équipes entièrement blanches au niveau amateur au Canada. Bien que l’histoire de Jackie Robinson soit souvent racontée, il y avait une équipe de baseball entièrement noire en Ontario qui a fait des vagues pendant la Grande Dépression.

Les Chatham Coloured All-Stars étaient un groupe d’amis de Chatham, en Ontario, qui partageaient une passion pour le baseball et qui ont choisi de parcourir l’Ontario pour jouer contre des équipes entièrement blanches dans les années 1930. Ils ont attiré l’attention d’un représentant du baseball amateur de l’Ontario lors d’un match d’exhibition qui les a fait entrer dans la ligue de la ville où ils ont pu affronter des équipes entièrement blanches.

Ils ont dû faire face à de nombreuses discriminations durant leur séjour dans la ligue. Des décisions discutables de l’arbitre aux refus d’hôtels, en passant par les menaces de violence, les blessures délibérées, les lancements de pierres et les insultes. Mais aucune des difficultés qu’ils ont rencontrées au cours de leur parcours n’a pu éteindre leur amour du jeu ou éclipser leur indéniable talent.  En 1934, l’équipe est devenue la première équipe entièrement noire à remporter un titre de l’Ontario Baseball Association.

En 2016, la Fondation Trillium de l’Ontario a accordé une subvention à l’Université de Windsor pour développer un projet d’histoire orale sur l’équipe ainsi qu’une gamme de ressources pour préserver et partager cette histoire.

Les accolades des Chatham Coloured All-Stars comprennent :

  • La première équipe de baseball composée de joueurs noirs à participer à un championnat en Ontario.
  • La première équipe noire à remporter un titre provincial de l’Ontario Baseball Amateur Association (1934)
  • Le premier Canadien intronisé au Temple de la renommée du baseball à Cooperstown, N.Y. (Fergie Jenkins).

—–

Enfin, nous terminons en présentant trois organismes caritatifs exceptionnels qui font un travail essentiel pour les communautés noires dans nos villes canadiennes.

Grands Frères Grandes Sœurs (Montréal) :

Le programme de mentorat communautaire des Grands Frères Grandes Sœurs, également connu sous le nom de programme de mentorat traditionnel, fournit un mentor à un jeune mentoré âgé de 6 à 21 ans. Le mentor agit comme un modèle à qui parler et avec qui partager son expérience de jeunesse. Grâce à des sorties régulières, une relation solide fondée sur la confiance et des intérêts communs se développe entre le mentor et le mentoré.

Food Share (Toronto) :

Les supporters de FoodShare contribuent à changer la vie de centaines de milliers de personnes à Toronto. Ils visent à centrer la justice alimentaire dans leur travail en collaborant avec les personnes les plus touchées par la pauvreté et l’insécurité alimentaire – Noirs, Autochtones, personnes de couleur, personnes handicapées – et en prenant exemple sur elles. Leur objectif est d’inspirer des solutions à long terme pour un système alimentaire où chacun a accès à des aliments abordables, frais et nutritifs.

BLACK LIVES MATTER (chapitres régionaux) (Montréal, Toronto et Vancouver)

Une plateforme sur laquelle les communautés noires du Canada peuvent activement démanteler toutes les formes de racisme anti-noir, libérer la race noire, soutenir la guérison des Noirs, affirmer leur existence et créer la liberté d’aimer et de s’autodéterminer. Ils s’efforcent de forger des liens critiques et de travailler en solidarité avec les communautés noires, les réseaux centrés sur les Noirs, les mouvements de solidarité et les alliés afin de démanteler toutes les formes d’oppression, de violence et de brutalité sanctionnées par l’État et commises à l’encontre de toutes les communautés noires, y compris les communautés noires africaines, caribéennes, afro-autochtones, migrantes, homosexuelles, transgenres et handicapées.

En plu de lutter contre l’anti-noirceur, BLM crée des espaces pour renforcer la communauté par des formes alternatives d’éducation, de programmation et de soutien à la création culturelle.